UMOJA EN SOUTIEN AU PEUPLE MALIEN

Nous publions ici le communiqué de la ligue panafricaine Umoja. Nous remercions son président, Amzat Boukari-Yabara, de nous en avoir donné l’autorisation. Nous nous joignons à ce soutien au peuple malien et réaffirmons par la même occasion notre combat sans relâche pour mettre un terme à la politique françafricaine.

COMMUNIQUÉ DE LA LIGUE PANAFRICAINE- UMOJA EN SOUTIEN AU PEUPLE MALIEN

En proie aux violences de groupes jihadistes, communautaires, et à la nécessité de réaliser des réformes structurelles internes aux institutions politiques, économiques et sociales afin d’établir des bases solides et cohérentes en vue de ramener la sécurité au Mali et organiser des élections libres, l’Etat du Mali a été honteusement et durement sanctionné lors du double sommet UEMOA-CEDEAO en raison de la décision souveraine prise par ses autorités de prolonger la transition de cinq ans.

En effet, le 9 janvier 2022 à Accra, les chefs d’Etat de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se sont réunis en session extraordinaire juste avant le sommet de la Communauté Économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui a décidé des sanctions suivantes :

– Fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Mali ;

– Suspension de toutes les transactions commerciales entre les pays de la CEDEAO et le

Mali, à l’exception des produits suivants : biens de consommation essentiels, produits pharmaceutiques, les fournitures et équipements médicaux, y compris le matériel pour le contrôle du Covid-19, produits pétroliers et électricité ;

– Gel des avoirs de la République du Mali dans les Banques Centrales et Commerciales de la CEDEAO

– Suspension du Mali de toute aide financière des institutions financières de la CEDEAO (BIDC et BOAD) ;

Ces sanctions seront appliquées immédiatement et resteront en vigueur. La CEDEAO a également menacé le Mali de mobiliser sa Force en attente en accusant Bamako de vouloir déstabiliser la sous-région en raison de la présence russe. Seule la République de Guinée, déjà suspendue par la CEDEAO, a clairement exprimé qu’elle maintient ses relations avec la République sœur du Mali.

Il faut rappeler qu’en août 2020, déjà, la CEDEAO avait suspendu le Mali de tous ses organes de décision, suspension toujours en vigueur. Elle avait aussi fermé toutes les frontières terrestres et aériennes, et instauré un embargo sur les échanges financiers et commerciaux, à l’exception des produits de première nécessité.

Le 9 janvier en soirée, le gouvernement malien par l’intermédiaire du Colonel Abdoulaye Maiga, ministre de l’Administration Territoriale, a exprimé son opposition aux sanctions prises par la CEDEAO en dénonçant leur caractère inhumain. Le lendemain, le président de transition Assimi Goïta a déploré l’incapacité de la CEDEAO à prendre en compte l’intérêt supérieur du Mali qui reste ouvert à la négociation et à l’intégration africaine tout en se préparant au rapport de force.

Par ces sanctions la CEDEAO accentue sa décrédibilisation auprès des peuples africains en démontrant son irresponsabilité et sa médiocrité face aux enjeux politiques, économiques, et géopolitiques qui se jouent en Afrique de l’Ouest et dans l’espace sahélien.

Ce qui se joue au Mali c’est la reprise de l’initiative historique du peuple malien par la reconquête de sa souveraineté politique et territoriale. Raison pour laquelle Nous militants de la Ligue Panafricaine – Umoja, avisés de l’expérience historique des tentatives de Fédération du Mali, d’Union Ghana-Guinée-Mali ou de révolution populaire panafricaniste expérimentés par nos illustres devanciers tels que Kwame Nkrumah, Modibo Keita, Sekou Toure, Cheikh Anta Diop ou Thomas Sankara, insistons sur la nécessité de conquérir notre royaume politique c’est-à-dire notre souveraineté politique

Nous exprimons notre vive solidarité politique au peuple malien et appelons les peuples africains à démontrer leur soutien au Mali. Conscient que l’avenir de l’Afrique se fera dans l’unité et dans la souveraineté politique, c’est dans l’unité de lutte que nous pourrons remporter les victoires qui assureront un avenir pour nous peuples d’Afrique.

Vive le Mali souverain !

Vive l’unité des peuples africains !

Umoja Ni Nguvu !

Fait à Bruxelles, Kinshasa, Lomé, et Paris; le 11 janvier 2022.

Le Bureau Politique de la LP-Umoja

About Sébastien Périmony

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.