LE NUCLEAIRE POUR L’AFRIQUE : PRINCY MTHOMBENI

Cette semaine, nous partageons notre entretien avec Princy Mthombeni, militante sud-africaine pour le nucléaire en Afrique, et fondatrice de l’association Africa4Nuclear.

Cette interview est parue dans notre lettre stratégique Voir l’Afrique avec les yeux du futur. Pour s’abonner, c’est ici!

Bonjour Princy Mthombeni. Je suis très heureux de vous interviewer aujourd’hui car je défends depuis longtemps l’utilisation du nucléaire civil pour le développement de l’Afrique. Tout d’abord, pouvez-vous
nous parler de vous, de votre parcours et de la façon dont vous en êtes venue à défendre l’énergie nucléaire pour l’Afrique ?

Je m’appelle Princesse Mthombeni, mais beaucoup me connaissent sous le nom de « Princy ». Je suis spécialiste en communication, j’ai toujours défendu la technologie nucléaire et je suis une philanthrope en herbe. Je suis née dans le Kwa-Zulu natal – l’une des provinces d’Afrique du Sud – de M. Vikizenzo et Mme Duduzile Mthombeni. Je suis mère d’une magnifique fille de 13 ans nommée Enhle.

Après avoir « accidentellement » prêté main forte à la Société sud-africaine d’énergie nucléaire (Necsa), j’ai été fascinée par le nucléaire et j’ai estimé que le monde, en particulier les Africains, méritaient de connaître cette technologie incroyable. Toutefois, n’étant pas une experte dans ce domaine, je devais d’abord acquérir des compétences et des connaissances avant d’entreprendre de faire connaître la technologie nucléaire aux gens. J’ai commencé à faire du bénévolat dans différentes organisations et associations à but non lucratif qui encouragent les utilisations pacifiques de la science et de la technologie nucléaires au profit de l’humanité. J’ai également commencé à voyager à l’étranger pour assister à des conférences et à des formations sur l’industrie nucléaire, ce qui a contribué à renforcer ma confiance.

Finalement, j’ai décidé que je voulais plus qu’une belle carrière dans l’industrie nucléaire. En fait, j’étais moins inspirée par la rémunération et les titres que par la possibilité d’avoir un impact positif sur l’humanité. C’est ainsi que je suis devenue une défenseuse du nucléaire. Parce que je me suis rendu compte que la technologie nucléaire peut contribuer et contribuera à résoudre les problèmes socio-économiques du continent africain.

Pouvez-vous présenter votre campagne Africa4Nuclear et votre chaîne YouTube ?

Africa4Nuclear est une campagne de plaidoyer que j’ai récemment fondée. Il s’agissait au départ d’une idée, jusqu’à ce que l’on fasse pression sur moi pour que je la mette en oeuvre. La pression est venue
du cours de formation Women for Nuclear Science Education and Communication (W4SEC) auquel j’ai participé, organisé par ANSTO (Australia’s Nuclear Science and Technology Organisation) et l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA). On nous a confié une « mission majeure » consistant à élaborer et à mettre en oeuvre une stratégie de sensibilisation au nucléaire dans nos pays respectifs.


En raison de mon attitude « go big or go home », j’ai décidé que ma campagne de sensibilisation ne viserait pas seulement mon pays, l’Afrique du Sud, mais l’ensemble du continent africain. J’ai alors contacté mon collègue ingénieur nucléaire, le Dr Naphtali Mokgalapa, et lui ai demandé de s’associer à moi pour mener cette campagne. Nous avons décidé de la mettre en oeuvre par étapes et avons commencé par de courtes vidéos utilisant les tendances africaines pour communiquer un message. Ces vidéos couvraient les avantages socio-économiques et les aspects techniques de la science et de la technologie nucléaires pour l’éducation et l’information.


J’ai, pour la Jeune Génération africaine du nucléaire (AYGN), une profonde gratitude pour avoir soutenu ma vision. Nous avons presque terminé la première phase de la campagne et sommes occupés à travailler sur la deuxième phase, qui sera plus importante et meilleure.

Dans l’introduction de vos vidéos de la série Africa4Nuclear sur YouTube, vous dites que « l’énergie nucléaire et sa gamme d’applications sont devenues une force qui peut améliorer la vie des gens sur le continent ». Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Comme je l’ai mentionné précédemment, je suis convaincue que le nucléaire peut contribuer à résoudre les problèmes socio-économiques du continent africain.

La pauvreté énergétique en Afrique reste un facteur majeur qui entrave les progrès dans la santé, dans l’économie, dans l’éducation et dans l’agriculture, et alimente la pauvreté mondiale en général. Selon les rapports, plus de 600 millions de personnes en Afrique sub-saharienne n’ont toujours pas accès à l’électricité. Elles sont contraintes de recourir à la biomasse, comme le bois de chauffage, les bougies, le charbon de bois et même la bouse de vache – une option économiquement inefficace et dévastatrice pour l’environnement. En outre, environ 400 millions de personnes en Afrique subsaharienne n’ont pas accès à une eau potable de base. Cette situation va s’aggraver à l’avenir.

Les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies reconnaissent la nécessité d’un développement économique qui ne laisse personne de côté et donne à chacun une chance équitable de mener une vie décente. L’ODD 7 reconnaît l’importance d’une « énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous ». En outre, l’agenda des ODD appelle à lutter d’urgence contre le changement climatique en adoptant des sources d’énergie propres, tout en gérant les ressources de manière durable.
En Afrique, nous avons l’Agenda 2063 de l’Union Africaine (UA), un plan directeur visant à transformer l’Afrique en une puissance mondiale d’avenir. La première aspiration de l’Agenda 2063 de l’UA est « une Afrique prospère fondée sur une croissance inclusive et un développement durable ».

Avec tout ce que j’ai mentionné, tout se résume à une chose : la pauvreté énergétique, qui reste un défi important et nécessite une attention immédiate. C’est là que nous devons commencer si nous voulons sérieusement atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies et les aspirations de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, et donc sortir de nombreuses personnes de la pauvreté pour les mener vers la prospérité.

Toutefois, il est important de noter qu’il n’existe pas d’approche rapide et facile pour mettre fin à la pauvreté énergétique. La résolution de la pauvreté énergétique nécessite une approche multi-ressources, par laquelle un mix énergétique incluant le nucléaire est mis en oeuvre et différentes sources d’énergie propres sont utilisées simultanément plutôt que de manière concurrentielle. De cette façon, les pays africains peuvent garantir un meilleur accès à l’énergie et une transition progressive vers une énergie propre.

Un autre domaine qu’en tant qu’Africains nous devrions sérieusement envisager d’explorer est la médecine nucléaire. L’Afrique du Sud est le seul pays du continent qui dispose de ses propres moyens de production de radio-isotopes et de commercialisation de produits radio-pharmaceutiques. Tous les autres pays importent leurs produits radio-pharmaceutiques principalement d’Europe.

La médecine nucléaire est insuffisante en Afrique. Dans certains pays, les patients doivent parcourir des distances considérables pour accéder aux soins. Par conséquent, j’aimerais que les gouvernements s’efforcent d’augmenter le nombre de ces installations sur le continent dans un avenir proche. Cela permettrait aux citoyens de bénéficier plus facilement de cette modalité de soins diagnostiques et thérapeutiques très importante.

Il existe un nouveau projet d’innovation fascinant appelé « Rhisotope », qui vise à endiguer le braconnage des rhinocéros en Afrique du Sud grâce aux technologies nucléaires. L’Afrique du Sud abrite 90 % de la population mondiale de rhinocéros. Cependant, de 2010 à 2019, plus de 9 600 rhinocéros auraient été tués dans des attaques de braconnage. Si cela continue, nous finirons par ne plus avoir de rhinocéros du tout. Donc cette initiative permettra de sauver ces incroyables animaux d’une extinction imminente.


Voilà donc toute la gamme des applications nucléaires auxquelles je fais référence dans mon introduction et qui amélioreront la vie des Africains.

Comme vous le savez, la question du nucléaire fait l’objet de nombreux débats en Europe, l’Allemagne ayant même fermé ses centrales ! De plus, non contents de vouloir empêcher les pays africains d’utiliser leurs énergies fossiles, certains écologistes sont radicalement opposés au nucléaire en général et particulièrement pour l’Afrique, ce qui signifie l’impossibilité pour ce continent de se développer. Qu’avez-vous à dire à ces personnes ?

La communauté internationale entretient l’idée erronée que l’absence relative d’infrastructures héritées du passé fait de l’Afrique la toile parfaite sur laquelle peindre un avenir énergétique vert. Les plus d’1 milliard d’habitants d’Afrique subsaharienne sont responsables de moins de 1 % des émissions cumulées de carbone dans le monde, mais doivent supporter une lourde charge pour relever les défis de la pollution.

Les nations développées imposent en outre des restrictions sur les choix énergétiques des pays pauvres, qui sont continuellement piégés dans un état de pauvreté énergétique, de défis socio-économiques et de sous-développement, ce que je trouve profondément contraire à l’éthique. La politique climatique qui ignore l’injustice des populations africaines pauvres est illégitime, frôle le néocolonialisme et doit être rejetée.

Je suis également d’avis que les problèmes de changement climatique doivent être abordés, mais pas aux dépens des Africains pauvres.

L’Afrique en a tout simplement assez d’être dans le noir. Il est temps pour nos dirigeants de prendre des mesures décisives et d’inverser le cours des choses : mettre l’Afrique sous tension, accélérer le rythme de la transformation économique et favoriser l’industrialisation indispensable à la création d’emplois.
C’est la seule façon pour le continent de réaliser son aspiration à « une Afrique prospère fondée sur une croissance inclusive et un développement durable », l’Afrique que nous voulons.

L’agenda antinucléaire de l’Allemagne est également très préoccupant et frise l’hypocrisie en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique. Sinon, ils ne s’acharneraient pas à persuader les pays de fermer les centrales nucléaires ou de ne pas en construire du tout, alors qu’il a été prouvé que les centrales nucléaires produisent une électricité propre et fiable tout en industrialisant les économies.


L’Afrique doit trouver et trouvera ses propres solutions, y compris l’exploration du nucléaire comme source d’énergie ; et les pays développés devraient s’associer aux pays africains pour résoudre les problèmes de l’Afrique, y compris le changement climatique.

En tant que continent, nous ne devons pas nous laisser manipuler pour permettre aux entreprises allemandes qui fabriquent des composants d’énergie renouvelable de prospérer grâce aux exportations, tandis que les pauvres Africains sont sacrifiés sur l’autel de l’opportunisme.

Pouvez-vous rappeler à nos lecteurs l’état actuel du développement des technologies nucléaires sur le continent et les pays qui sont les plus avancés dans le domaine ?

L’Afrique du Sud est actuellement le seul pays africain à posséder une centrale nucléaire commerciale. La centrale nucléaire de Koeberg produit environ 5 % de l’électricité totale d’Afrique du Sud. L’Afrique du Sud produit plus de 10 milliards de kilowattheures d’électricité de base propre à partir de la centrale de Koeberg, détenue et exploitée par Eskom, et ce depuis plus de 30 ans. Il est prévu de prolonger la durée de vie de Koeberg de 20 ans supplémentaires en entreprenant les travaux techniques et réglementaires
nécessaires.

Toujours en Afrique du Sud, il est prévu de lancer un appel d’offres pour un programme
nucléaire de 2 500 MW.
Le projet de remplacement du réacteur de recherche SAFARI-1 par le réacteur de recherche polyvalent a progressé de manière significative, la demande d’information ayant été publiée.


L’Égypte est en passe de devenir le prochain pays africain doté d’une centrale nucléaire. La construction de la première unité de production d’électricité de la centrale nucléaire d’El-Dabaa en Égypte devrait commencer prochainement. L’Autorité des centrales nucléaires en Égypte a annoncé en décembre 2021 que la centrale nucléaire d’El-Dabaa fonctionnerait à pleine capacité, soit avec 4 800 mégawatts, d’ici 2030.

Récemment, on a appris que le Nigeria avait lancé un appel d’offres pour la construction
d’une centrale nucléaire de 4 GW. En octobre 2021, l’Autorité zambienne de protection contre les radiations a annoncé qu’elle était prête à réglementer l’utilisation de la technologie nucléaire dans le pays. Le Ghana a déjà lancé une demande d’informations (RFI) pour évaluer les technologies
de centrales nucléaires disponibles sur le marché en juin prochain. 15 fournisseurs issus de Chine, de France, du Canada, de Corée du Sud, de Russie et des États-Unis ont répondu à la RFI.

Ce sont là quelques-uns des développements actuels sur le continent africain en ce qui concerne la technologie nucléaire.

Vous avez récemment participé à l’Imbizo sur la technologie nucléaire au Cap. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cet événement ?

L’Imbizo sur la technologie nucléaire était le premier du genre sur le sol sud-africain. Il était consacré à la « promotion d’un partenariat stratégique mondial pour soutenir le programme sud-africain d’expansion de la construction nucléaire » et axé sur le partage des enseignements tirés de cela et sur le rôle
de la technologie dans l’avenir de l’industrie nucléaire sud-africaine.

Parmi les participants figurait le vice-ministre des Ressources minérales et de l’Énergie d’Afrique du Sud, qui a prononcé un discours liminaire. Parmi les autres participants : des fonctionnaires du gouvernement
et des cadres d’organisations de l’industrie nucléaire, tant d’Afrique du Sud que de l’étranger.

Notre traditionnelle question pour conclure : qu’est-ce qui vous permet de voir l’Afrique avec les yeux du futur ?

L’Afrique sera le prochain centre économique du monde. Tout ce dont les dirigeants ont besoin, c’est de mettre en oeuvre les bonnes politiques et stratégies qui permettront la transformation du continent et
les efforts pour construire une croissance inclusive. Il s’agit notamment de dépasser l’idée que des sources d’énergie spécifiques sont la solution, alors qu’elles sont toutes des obstacles à la solution.

Je m’abonne à la lettre stratégique Voir l’Afrique du futur

Voir sa vidéo lors de la conférence internationale de l’Institut Schiller : < Cliquez ici>

About Sébastien Périmony

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.