Hommage à Cheikh Anta Diop

« Les impérialistes en Afrique lâchent un peu de lest, de manière à provoquer un retard de la prise de conscience du peuple. Corrélativement ils mettent à profit ce retard pour réorganiser leur système colonial sur des bases définitives ; ils en ont les moyens techniques et scientifiques à l’heure actuelle et peuvent faire en sorte que dans 20 ans les africains perdent pour toujours toutes les chances de devenir maîtres chez eux. Ils pensent que le meilleur moyen d’aboutir à ce résultat est de transformer l’intelligentsia africaine, qui aurait pu jouer un rôle révolutionnaire, en une bourgeoisie dont les intérêts de classe coïncideront désormais avec ceux de l’occupant »

« Alerte sous les tropiques », article paru dans la revue Présence Africaine en 1955 !

« C’est pour cela que, au delà de la culture proprement dite l’élite africaine a le devoir impérieux, inéluctable, de doter farouchement tout le continent, sans distinction de frontières politiques, d’une technique industrielle, seule garantie de la sécurité de vivre dans le monde atomique. »

« Quand pourra-t-on parler d’une renaissance africaine ? », article paru dans Le musée vivant en novembre 1948.

En ce jour anniversaire de Cheikh Anta Diop
(29 décembre 1923 – 7 février 1986) je republie la vidéo de l’hommage que j’avais rendu à sa femme en Octobre 2017, en présentant les travaux de son mari sur la civilisation égyptienne :

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.